fbpx

Qui choisir ? La réponse a l’air simple et pourtant dans la mise en application, on se rend compte que c’est pas si évident. 

Vous êtes déjà dit : « j’aimerais faire ça mais il y a plus urgent à faire avant ça »

Il y a souvent une dose de “il faut” et “je dois” qui fait ressortir les contradictions entre ce que nous voulons profondément et ce que nous faisons. 

Dans ce que nous définissons comme nos obligations –  respecter les codes sociaux, le politiquement correct, nos envies, nos besoins, nos aspirations profondes, nourrir nos valeurs, accomplir notre mission de vie -, la priorité est souvent donnée à ce qui nous est extérieur. 

Oui, oui c’est important de s’occuper de soi ! Tout le monde est d’accord avec ça.

Et pourtant quand on fait le point sur nos priorités… le “je” fait rarement partie du Top 3 voire même du Top 10.

D’ailleurs rien que quand on parle des autres et de soi, la bienséance veut qu’on se cite en dernier.

On se dit que nous, on est là tout le temps qu’on est en vie alors on peut voir ça plus tard. Après tout c’est pas urgent puisqu’on sera encore là tout à l’heure. Vous savez ? Ce “tout à l’heure” qui ne vient jamais ou qui arrive si tard qu’on n’a plus aucune énergie pour faire quoi que ce soit. On n’a plus envie de rien d’ailleurs quand il finit enfin par arriver ce “tout à l’heure”.

Nous aimerions faire ce que nous voulons de notre journée MAIS… Il faut faire ça (travailler, gagner de l’argent, ranger la maison, s’occuper de tel dossier, s’occuper de telle personne – enfant/parent/conjoint/amis/alliés/collègue/client -, des animaux, de la voiture, etc…) d’abord !

Le Sergent Major de votre vie

Et puis un jour, le sergent major de votre vie débarque. Un événement qui fracasse tout votre quotidien. Un accident, une rupture (amoureuse, amicale, professionnelle), une maladie invalidante (mentale ou physique et dont on guérit ou pas), un décès… Le temps s’arrête pour nous. 

Notre monde cesse de tourner rond et pourtant celui des autres continue son chemin.

On se rend compte que le “on sera toujours là” n’est pas si “toujours” que ça. Les autres non plus ne sont pas toujours là. Et même quand ils sont là, ils ne peuvent pas ressentir à notre place cette douleur, ce frein, cette gène.

A ce moment, nous prenons conscience qu’il n’y a que nous qui le pouvons. Pour se sortir de cette situation, de cette crise, pour survivre, nous décidons ENFIN de nous faire passer en priorité absolue

Le monde des autres continue toujours son chemin et le nôtre reprend sens…

Avons-nous vraiment besoin de l’intervention systématique de ce sergent major pour faire de nous notre priorité et ressentir moins de culpabilité à le faire ?

Et si nous prenions la décision de nous choisir dès maintenant, le monde des autres, si cher à nos yeux, s’arrêterait-il de tourner ?

Nous vous proposons de commencer par choisir des petits moments programmés où vous faîtes de vous votre priorité ABSOLUE. Genre, pendant 10 minutes… Aujourd’hui et de voir ce que ça vous fait. 

Est-ce que tout s’écroule ? Ca vous a fait du mal ? Est-ce que vous pourriez recommencer ?

Vous êtes la personne la plus importante de votre Univers.

Share This
%d blogueurs aiment cette page :