fbpx

Dans notre inconscient collectif, on cultive fréquemment l’amalgame Vulnérable et Faible.
Or, le mot « faible » a généralement une connotation négative voire carrément péjorative. Du coup, si on se sent vulnérable, on va tenter de le cacher et surtout ça nous met dans une situation inconfortable qu’on cherche à éviter.

Être faible

D’après le dictionnaire Larousse, faible est employé pour une personne ou une chose qui manquent de force, de vigueur physique, qui a peu de résistance ou de solidité, qui est sans défense, désarmé, impuissant, ou encore dont la qualité, la valeur sont insuffisantes.

Il arrive qu’on ne se sente pas assez… et il arrive qu’on le soit vraiment. Quand on débute un apprentissage c’est bien parce qu’on a eu l’impression qu’on avait des lacunes dans ce domaine. Reconnaître notre faiblesse nous permet de choisir une solution pour y remédier :

  • soit on s’en charge soi-même et on entame un processus d’entraînement, de renforcement personnel,
  • soit changer d’angle d’approche pour que cette faiblesse n’en soit plus une,
  • soit on recrute quelqu’un pour nous renforcer,

C’est ce qui arrive notamment quand on fait appel à un ami ou à un spécialiste pour nous aider ou nous remplacer.

Si cette faiblesse est tue, on n’est pas nécessaire vulnérable car personne ne sait que c’est un point faible.

Être vulnérable

Toujours selon Larousse, vulnérable définit ce qui est exposé à recevoir des blessures, des coups, est exposé aux atteintes d’une maladie, qui peut servir de cible facile aux attaques d’un ennemi, ou encore ce qui, par ses insuffisances, ses imperfections, peut donner prise à des attaques.

Cette définition soulève l’aspect difficile de la vulnérabilité. Quand on est vulnérable, on se retrouve ouvert.e, perméable à notre environnement. Nous pouvons ainsi accueillir ce qui arrive, le bon comme le moins bon. Si on décide de se confier à quelqu’un sur un sujet qui nous tient à cœur, on se rend vulnérable. En effet, on est en position de partage : on donne et on se tient prêt.e à recevoir. Parfois c’est douloureux parce qu’on vit une expérience qui nous paraît difficile. En particulier quand on a l’impression que nos valeurs ou notre intégrité sont remises en cause.

Quand on tisse une relation, on devient vulnérable à l’autre, cela ne veut pas forcément dire qu’on est faible pour autant.

Vous pouvez choisir les personnes avec qui vous vous autorisez à être vulnérable. Parfois c’est une bonne chose de l’être. Vous avez le droit de vous mettre à nu, de prendre des risques. La conquête de l’inconnu est toujours un peu risquée. C’est pourtant dans le domaine de l’inconnu que tout est possible.

Cette prise de risques est loin d’être une marque de faiblesse, au contraire, c’est faire preuve de courage que d’assumer cette facette de vous-même.

Quelle est votre vision de la faiblesse, de la vulnérabilité ? Dites-le nous dans les commentaires

Share This
%d blogueurs aiment cette page :